Ma vie en 50 nuances de Grey…

Je me souviens de ce film fascinant sur lequel j’étais tombé par hasard, sur Arte : Good Hair, de l’acteur comique Chris Rock, et qui traite de la complexité pour les femmes blacks, de l’entretien de leur chevelure, et au-delà de ça, du besoin de transformer leur chevelure. NB : j’en parle mal, c’est un très bon documentaire, allez le voir !

Je me souviens avoir eu cette réflexion sur l’importance de la chevelure dans l’affirmation de soi. Certes tu ne choisis pas ta nature de cheveux (et je sais de quoi je parle en digne héritière du cheveu-fin-plat-mou), mais tu peux décider d’en faire une arme, une carapace, une provocation, ou encore une curiosité. Bref, tu peux choisir d’affirmer, de t’affirmer à travers tes tifs !
Se raser la tête, décider de ne plus se coiffer pour avoir des dreadlocks, refuser de se teindre les cheveux, lorsque les cheveux blancs commencent à arriver, arborer une coupe afro… sont autant de symboles d’assurance et de déclaration de qui l’on est.

Je me souviens que jeune adolescente, j’avais 3 « projets capillaire » à réaliser dans ma vie (oui, j’étais futile à l’époque! :))
Number 1: avoir une coupe à la garçonne . Fait ! Durant mes années londoniennes, je suis passé d’un carré court à une garçonne, avec aussi, un changement du blond au noir corbeau, ce dernier choix de couleur n’ayant pas été le meilleur de mes choix !
Number 2 : Avoir des dreadlocks. Je considère les dreadlocks comme l’aboutissement ultime du « Faites comme vous voulez, moi, c’est ainsi, que je désire vivre ma vie. » . C’est l’affirmation ultime du refus de rentrer dans le moule, et qui demande du courage que malheureusement, je n’ai pas eu… Après euh… je n’entame que la 2ème partie de ma vie, rien n’est perdu ! (Ahaha, je vois déjà l’Homme qui sue en lisant ces lignes!)
Number 3 : Acceptez lorsque les cheveux blancs arrivent, de laisser la neige envahir la surface ! Et c’est donc ce que je vis depuis 1 an environ.

Je me souviens de mon 1er cheveu blanc, vers 25 ans. J’avais toujours cette admiration pour ces femmes tellement classes aux cheveux gris ou blanc, mais à 25 ans, j’étais juste dégoutée ! Encore en construction professionnelle, personnelle, trop de choix, d’envies pour être posé, et ressembler à ces femmes que j’admirais, mais qui étaient des femmes avec un grand F! Je ne voulais pas de ce cheveu blanc, là maintenant tout de suite !

Je me souviens des litres de flacons de coloration qui sont passés sur mes cheveux, de leur picotements sur ma tête au début, de leur odeur trop forte, qui pique le nez et les yeux, du réveil programmé sur 30mn, et des magazines lus sur le rebord de la baignoire en attendant que ça passe…enfin ça c’est quand tu n’es pas maman/épouse, parce qu’après bien sur, lire un magazine 30mn sur le rebord de la baignoire, c’est un luxe que tu pleures d’avoir perdu, et tu te retrouves donc avec ta colo sur la caboche en train de passer l’aspirateur, tout en ramassant la serviette mouillée du petit dernier, abandonnée, on ne sait pourquoi au milieu du salon, et en te frayant un chemin du bout des tongs à travers les constructions de Lego de la plus grande !

Je me souviens de tout ce temps perdu, et de cette inquiétude inlassablement de retour chaque mois : « Mince, ça se voit là ! Faut que je fasse mes racines… »

Et puis je me souviens d’en avoir parlé un peu, comme ça, à l’Homme, d’avoir cherché des articles sur le Net, de mettre dit « Hey! cet été, c’est la mode du gris pour les cheveux ! », d’avoir réfléchi à pourquoi je me colorais vraiment les cheveux…

Je me souviens de mettre décidé. « Je ne veux plus colorer mes cheveux. En tous cas, je ne veux plus coloré mes cheveux pour cacher mes cheveux blancs.  Je veux exister telle que je suis, et telle que je me vois belle. Je ne veux plus me colorer les cheveux, pour donner à la société, aux autres, une image de moi qu’ils désirent avoir. J’ai 42 ans, je me sens belle, je me sens jeune, je me sens plus sure de moi, que je n’ai jamais été dans ma vie, j’ai des cheveux blancs, qui racontent qui je suis, qui me font un halo de douceur autour du visage, et qui correspondent à ce que je veux montrer aux autres. »

Je me souviens de la peur de l’Homme : « Mais c’est un renoncement à prendre soin de toi, ou quoi ? »

Je me souviens de l’étonnement de l’entourage amis-famille, version bienveillante : « Oh ! tu t’es fait des mèches grises, ça te va super bien ! » et version malveillante : « Tu t’es coupé les cheveux ? Mais ! tu n’as pas fait de couleur ? ? ? » … jalousie, quand tu nous tiens;)

Je me souviens surtout que depuis cette décision, chaque mois, j’ai vu dans le miroir la méche, puisque pour l’instant, il s’agit d’une grande mèche , s’agrandir, pousser et prendre sa place autour de mon visage, et que je me suis sentie plus forte à chaque fois, car je me suis sentie OSER être MOI.

Publicités

Privé de télé!

Tout est parti d’un constat navrant sur la difficulté de lire lorsqu’on est parents-actifs-débordés- fatigués-culpabilisés et que les journées s’enchaînent et se ressemblent sur le rythme du détestable « métroboulotdodo ».
Une idée nous est donc venu un soir : lançons nous le pari de lire 5 livres chacun en 1 année. Oh oui, bien sur, j’en vois qui ricanent derrière leur parasol… « 5 livres, je les avale en 2 mois ! » …Oui, mais croyez moi entre les enfants, le boulot, et le quotidien à gérer, lire est un luxe que nous ne pouvions pas nous offrir sans prendre du temps sur une autre activité. Nous avons donc décidé de sacrifier une soirée télé par semaine : le mardi. Sans aucune angoisse mais avec une certaine excitation…

Nous ne sommes pas des mordus de la télé. Et nous sommes très attentifs à ce que regardent les enfants. Pour eux, c’est uniquement le week-end, et ce n’est pas la télé. Ils doivent sélectionner ce qu’ils regardent soit sur le replay, soit sur Netflix. Cela permet de contrôler ce qu’ils voient, de limiter la pub, et surtout de ne pas engloutir des tonnes d’images, plus ou moins appropriés à leur age, sans réfléchir.
Quand à notre consommation, à l’Homme et moi, elle s’est toujours limité, depuis que nous avons les nains, à allumer la télé une fois qu’ils sont couchés. Donc jamais avant 21h00.
Nous regardions donc pas mal de Replay, Netflix ou des enregistrements. Un 1er changement s’est opéré il y a quelques mois, avec la suppression des infos que nous regardions jusque là quotidiennement. Un certain dégoût, une prise de conscience de la manipulation des images par les médias (mais ça c’est un autre débat) et nous avons arrêté du jour au lendemain les 30mn journalière de gavage. Pour autant, nous restons informé chaque jour (radio, internet) mais en sélectionnant nos sources et en limitant le temps passé.

Il y a donc un mois tout juste, nous avons passé notre 1er mardi sans allumer la télé avec un gros bouquin entre les mains, un fond de musique jazz pour l’ambiance (M…. on vire vraiment intello chéri ! )et on a kiffé grave !
Au point que nous avons réitéré le mercredi, puis le jeudi… jusqu’à constater que nous n’avons pas regarder la télé depuis 1 mois ! Et que j’ai fini mon 1er livre en 3 semaines ! Incroyable ! A ce rythme, il y a fort à parier que j’en lise plus que 5 dans l’année !

thDS92VNMC

Alors, bien sur, c’est l’été, nous avons la chance, de pouvoir nous installer jusqu’à la nuit tombée sur la terrasse, sans craindre d’avoir froid (et oui, le Sud quoi!), ce qui crée aussi une ambiance et un apaisement propice à la lecture. Il n’est pas dit que nous ne rallumions pas la tv de temps en temps, une fois l’automne arrivé, mais le rythme de lecture retrouvé après toutes ces années, le plaisir d’être accroché par une histoire, la hâte chaque soir de retrouver le récit sont une source de grand bonheur partagé avec l’Homme.

Le plus étonnant n’est pas de retrouver le plaisir de cet instant d’évasion, non, le plus surprenant est l’absence de manque télévisuelle… Passer de la télé chaque soir à plus de télé du tout est un changement radical, non préparé (nous avions prévu 1 soir par semaine je rappelle…) et auquel nous n’avions pas réfléchi comme une possibilité à longue durée. Et pourtant, je ne ressens ni manque, ni besoin, ni regret d’une émission, ou une autre. Nous réfléchissons plutôt à sélectionner un bon film lorsque l’envie refera surface, plutôt que de zapper inutilement à la recherche du programme le moins pénible à regarder.

L’été, les soirées à rallonge, les vacances, invitent évidemment à la lecture et à zapper la télé (jeu de mot Ô combien fin et subtil qui montre à quel point il était temps que j’arrete la tv…), je vous invite donc à sauter le pas et à profiter des bienfaits de ce petit plaisir. Si cela vous intéresse, je viens donc de finir Wild de Cheryl Strayed, qui fait le récit de sa randonnée de plusieurs centaines de km en solitaire sur le Pacific Crest Trail, qui relie le Mexique au Canada. Perso, j’ai adoré ce bouquin, et je vous le conseille vivement si vous aimez les grands espaces, la randonnée, l’introspection et les personnages un peu cassé, complètement ordinaire mais avec une rage de vivre extraordinaire.

Bonne lecture !

La robe boho 4 rectangles – Version courte et fleurie

J’ai remis ça !

Vous vous rappelez de la robe boho version longue en tissu africain ? Non ? Et bien, vous pouvez la retrouver ici : Robe boho version longue.

J’ai donc récidivé avec une version courte, en tissu satinée ultra léger , qui sera parfaite pour le boulot : ni trop chic, ni pas assez, printanière et joyeuse, je l’enfile dès demain !

 

Je l’ai cousue en 1/2 journée, c’est vraiment à la portée de la couturière débutante longue durée que je suis et le résultat procure beaucoup de satisfaction. Vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas vous lancer 😉

2 places à gagner pour le Salon du DIY, Créations et Savoirs faire

Grâce à mon partenaire Bergère de France, vous pouvez gagner 2 invitations pour le salon du DIY «  Créations & Savoirs faire » qui se tiendra à Paris, du 16 au 20 Novembre prochain.

Créations & savoir-faire c’est LE salon du Do It Yourself où venir s’imprégner des dernières tendances, faire le plein d’idées et dénicher tout son matériel.

img_5222

Le salon se répartit en 5 univers DIY, qui réunissent la plus grande offre de loisirs créatifs du marché :

  • aiguilles & tradition
  • tendances mode & customisation
  • papiers, scrap & couleurs
  • maison créative & idées brico
  • idées gourmandes & festives.

Découvrez également les inspirations : Mon Noël DIY / Do It Mini / Happy Events

LA PLUS GRANDE OFFRE DE MATIÈRES PREMIÈRES DÉDIÉES AU MARCHÉ DU DIY

Vous trouverez sur le salon près de 350 exposants : toutes les grandes marques ( Toga, Fiskars, Posca,Loisirs & Création, Frou Frou Mercerie Contemporaine…) et les petits créateurs tendance : Atelier Brunette, France Duval Stalla, Fifi Mandirac…

Découvrez la liste des exposants de Créations & savoir-faire 

LE PLUS GRAND WORKSHOP D’EUROPE AVEC PLUS DE 500 ATELIERS DIY

Créations & savoir-faire propose à ses visiteurs des animations exclusives, mais également plus de 500 ateliers Do It Yourself pendant les 5 jours du salon.

 Comment participer ?

Plus simple, tu meurs ! Il vous suffit de liker ma page Facebook ici et celle de Bergère de France ici, et de me laisser un commentaire à la suite de ce post, (ou de celui-ci qui présentait le nouveau kit Brod’me de BDF), pour confirmer votre participation.

Un tirage au sort sera effectué mardi 25 octobre pour désigner le ou la gagnante des 2 entrées.

 

Franchement, je ne sais pas ce que vous faites encore là ! Courrez-y vite !

 

 

 

 

 

 

Avec Brod’me de Bergère de France: Gagnez vos places pour le Salon du DIY.

Mon très cher partenaire Bergère de France m’a permis de tester il y a quelques jours la technique Brod’me, qui permet de customiser vêtements et accessoires grâce à un système de broderie facile et inratable !

img_5216

Halloween étant à nos portes, j’ai ajouter une tête de squelette au bonnet de mon fils (dont vous trouverez d’ailleurs le tuto ici .)

img_5219

Le kit comprend 2 planches de dessins autocollantes, que vous aller broder sur le support de votre choix, et ensuite passer sous l’eau pour laisser la magie opérer : le dessin fond sous l’eau et laisse apparaître votre impeccable broderie ! J’A-DORE !

img_5224

C’est facile, rapide et ludique, donc c’est pour la maman pressée qui manque de temps pour ces activités créatrices, que je suis. Vous trouverez tout les modèles sur le site de Bergère de France, ici.

img_5228

Et comme, avec bergère de France, on pense à vous, je vous propose de gagner 2 invitations au salon Créations & Savoir Faire, le salon du DO IT YOURSELF, qui se déroulera à Paris, Porte de Versailles du 16 au 20 Novembre. Vous pourrez entre autre vous rendre sur le stand Bergère de France et y découvrir toutes les dernières nouveautés pour vous faire plaisir.

img_5222

Il vous suffit pour participer de liker ma page facebook ici et celle de Bergère de France ici, et de me laisser un commentaire à la suite de ce post, pour confirmer votre participation.

Un tirage au sort sera effectué mardi 25 octobre pour désigner le ou la gagnante des 2 entrées.

Bonne chance à vous tous !

Occuper ses enfants grippés: décoration d’œufs et autres peinturlurades!

Une enfant malade + un jour de congés non-prévu pour la garder = des activités manuelles !

Cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions retrouvées ma fille et moi à la maison un mercredi tout entier. C’est donc en toute logique que je lui ai consacré cette journée en privilégiant son bien-être et ses envies : lasagnes végétarienne à sa demande et crêpes pour le goûter, et bien sur petites activités manuelles pour son plus grand plaisir.

Complètement hors saison, ( disons qu’on est très en avance… ou très en retard), nous avons préparé des œufs décorés.

Comment vider les œufs :

Il suffit de percer délicatement votre œuf de part et d’autre de son extrémité (avec un pic à brochette en métal, c’est parfait), et de souffler dans l’un des trous pour faire sortir l’œuf (que vous récupérerez dans un bol évidemment).

IMG_5081.jpg

Je vous fais grâce de la photo de moi en train de souffler dans les œufs, le glaire qui coule et mes joues cramoisis: AB-SO-LU-MENT IMMONDE!

Vous passerez ensuite les coquilles sous un filet d’eau pour les rincer et éviter qu’il ne reste de l’oeuf dessus, et vous les laisserez sécher.

Concernant les blancs et jaunes, si vous ne les utilisez pas immédiatement, il est bien sur, hors de question de les jeter (de grâce!) vous pouvez donc les congeler pour une future utilisation.

Vous prendrez alors soin de les battre en omelette et d’ajouter un peu de sel ou un peu de sucre selon la future utilisation. Ce n’est pas obligatoire, mais cela évitera que votre mixture devienne granuleuse à la décongélation. N’oubliez pas de noter sur votre récipient le nombre d’œufs et ce que vous avez ajouté (sel ou sucre), cela évitera les mauvaises surprises 😉

Revenons donc à notre décorations d’œufs. J’ai trouvé beaucoup d’exemples de modèles sur la bible Pinterest, et le choix de ma 7 ans s’est porté sur la famille Barbapapa. Voici donc le résultat à la peinture acrylique et finition aux crayons Pocsa. La finesse des  finitions sera bien sur proportionnelle à l’âge de l’enfant 😉

img_5108

Je vous conseille, de faire la peinture en 2 temps : peindre le haut et laisser sécher dans un coquetier ou une boite à œufs, puis peindre le bas. Ceci n’est pas toujours évident, car les enfants ne sont pas patients, et attendre que l’oeuf séche peut s’avérer vraiment difficile pour eux, selon l’âge. Prévoyez dans ce cas, une petite activité pour les faire patienter. Et comme je suis une maman tellement organisée et super sympathique (!), je vous dévoile quelques mini activités peinturluresques (SI ! CA EXISTE!) que nous avons donc testés et qui ont beaucoup plus à ma louloute.

  • L’arbre en boutons :

Peignez rapidement en noir quelques branches partant d’un tronc principal.

img_5103

 

 

Une fois sec, proposez à l’enfant de tremper un pinceau à pochoir (rond et à poil dur) dans une ou plusieurs couleurs de peinture, et de l’appliquer tels des boutons de fleurs, près à éclore.

 

 

 

  • L’arbre feuille :

Après avoir divisé votre feuille en 2 et peint une moitié en noir et l’autre en dégradé de la couleur que vous voulez (cette partie pouvant bien entendu être réalisé par l’enfant selon son âge), demandez à l’enfant de peindre une grande feuille. img_5098Appliquez la feuille sur le dessin et pressez délicatement pour faire un bel effet nervuré.

Ma grande a ensuite voulu décorer son arbre-feuille, car la forme lui faisait penser à un sapin de Noël. Pourquoi pas ?

 

img_5105

 

  • L’aquarium à doigt :

L’activité dont le rendu est le plus réussi pour moi.

Faites tremper les petits doigts dans différentes couleurs de peinture et appliquer les empreintes sur toute la feuille. Laissez sécher quelques minutes, le temps d’aller se récurer les mains par exemple…

Une fois sec, avec un feutre fin noir, demandez à l’enfant de dessiner des nageoires, des yeux, et une queue de poisson à chaque empreinte pour créer un aquarium multicolore.img_5161

Et si on changeait aussi son maquillage?

Quand on commence à se préoccuper vraiment de sa consommation, et que l’on décide de changer pas mal de choses, dans ses habitudes d’achat, pour une conso plus raisonnée, plus écolo, plus locale, plus naturel, on finit par tout changer !

Si généralement, le premier changement a lieu au niveau de l’alimentation, les produits de toilette et les cosmétiques arrivent souvent juste après. Chez nous la pierre d’alun et les brosses à dents, à manches en bois sont devenues des incontournables, mais il restait un gros point noir (trop facile!) dans notre salle de bain : le maquillage.

Après plusieurs recherches sur le web, j’ai fini par trouver THE marque qui correspondait à ce que je voulais. Car, bien sur, bio, c’est bien. Mais, cruelty free, c’est-à-dire sans test sur animaux, c’était essentiel pour moi, et vegan, cela allait de soi. Car acheté cruelty free, mais non vegan, cela revient à consommer un produit non testé sur les animaux, mais qui utilisent des protéines animales dans sa composition ! Pas très logique tout ça…

C’est donc la marque AVRIL qui m’a séduite par sa simplicité, ses emballages sobres et néanmoins jolis, et sa garantie de composition et d’éthique. Et pour un prix ultra raisonnable!

fard-a-paupieres-vendange-certifie-biomaquillage-levres-bio-rouge-a-levres-bio-crayons-levres-bio

Il ne restait plus qu’à tester. J’ai donc commandé une poudre bronzante, un rouge à lèvres, un vernis à ongles et un mascara.

Pas simple de choisir les teintes par internet, mais en se basant sur ce que je mettais jusqu’alors, j’ai pu m’y retrouver et commander les bonnes nuances.

vernis-pamplemousse-rose-vernis-rose-orange

La poudre bronzante est très légère et permet d’avoir un rendu naturel, parfait pour les beaux jours. Elle tient bien, j’en suis très satisfaite.

Le rouge à lèvre est étonnant au niveau tenue. Par contre, il est vraiment mat, pas du tout glossy. Après c’est une question de goût et d’habitude..

Le mascara vaut mon mascara de grande marque, qui me coûtait un bras (il faut bien payer les égéries de la marque). La brosse est parfaite.

rose-a-levres-nude-rouge-a-levres-naturel

 

Le produit qui me séduit le moins est le vernis, car je trouve qu’il ne tient pas assez longtemps. Après 24h, le bout de mes ongles présente déjà des signes de fatigue… Bon, en même temps, je fais le même constat avec n’importe quel autre vernis, donc, c’est peut-être just the way it is !

Je suis donc ravie de cette jolie marque que vous pouvez retrouver ici .

Et si vous souhaitez une liste complète de cosmétiques cruelty free, vous pouvez consulter les sites de la Peta ou de One Voice, ou le blog de Gala, qui a fait une liste très complète.

 

Lire… et perdre 10 kilos!

C’est exactement ce qui m’est arrivée durant ces derniers mois… Et voici comment tout a commencé : en 2009, enceinte de mon 1er enfant, mon mari a décidé d’arrêter de fumer. Plus ou moins en plaisantant, un proche lui a prêté un livre intitulé : La méthode simple pour arrêter de fumer, d’Allen Carr. 2 mois plus tard, et après plus de 20 ans de tabagisme, il en avait fini avec la cigarette ! Alors, quand l’année dernière nous sommes tombés sur la méthode simple pour perdre du poids tout de suite, de ce même Allen Carr, nous l’avons acheté, et puis… oublié ! Il est restait à prendre la poussière sur la bibliothèque pendant près d’un an. Et, en ce début d’année, je l’ai ouvert. Juste pour voir. Après tout, si ça me gonflait, je changeais de livre, et si ça ne marchait pas, ben… je continuais avec mes kilos en trop, c’était pas la fin du monde non plus !

Petit aparté : Je n’ai aucun partenariat avec l’auteur, ou la maison d’édition, ni de près ni de loin. Je veux juste apporter mon témoignage car je suis heureuse que ça est marché pour moi, avec tant de simplicité et de facilité.

th8736P3YY

Donc, j’ai lu ce bouquin, en 2 mois, chaque soir, quelques pages, avant de m’endormir, et il a complètement bouleversé mon alimentation, mon mode de consommation et mon physique.

Comment ça marche ?

En fait, il n’est absolument pas question ici de faire un régime, bien au contraire. Allen Carr, tente au travers de ce bouquin de démonter, pièce par pièce, le « grand lavage de cerveau », que l’on nous a fait depuis notre naissance concernant la nourriture, et principalement, de la part des industriels. Il explique comment fonctionne les publicitaires, les lobbys, les marques, et comment elles nous trompent.

Il fait réfléchir ensuite sur le fonctionnement de notre corps, et sur l’alimentation dont celui-ci à besoin pour fonctionner correctement, en faisant un parallèle avec la vie animale, et le constat qu’il n’y a pas d’animaux obèses… à part ceux qui sont nourris par les humains !

Pourquoi ça a marché sur moi ?

Je suis depuis quelques temps, en recherche de simplicité, de réduction de ma consommation, et je m’intéresse donc de près à mon alimentation et celle de ma famille. Cette lecture est tombée au bon moment, car j’étais prête à changer mon alimentation et ma façon de consommer.

Manger à toujours était un plaisir. Imaginez : petite-fille de boulanger et hôtelier, fille de restaurateur, comment pouvait-il en être autrement ? Mais manger a toujours était, également, un calmant, un moyen de trouver immédiatement du réconfort, en mangeant des aliments trop sucrés, trop trafiqués, trop artificiels … une drogue… Alors, bouleverser mon rapport à la nourriture, me défaire de son emprise, et décider par moi-même de nourrir correctement mon corps ont été une vraie décision et une grande prise de conscience.

Est-ce que ça peut marcher pour tout le monde ?

De la même façon, que la méthode pour arrêter de fumer n’a pas marché pour toutes les personnes à qui nous avons prêté ou conseiller le livre, je pense que non, ça ne peut pas marcher sur tout le monde, mais au pire, qu’est-ce que vous risquez à essayer ? Le livre est dispo en poche, donc pas un gros investissement. Je peux même vous envoyer le mien, si vous le voulez : J’adore faire circuler les livres;)

Concrètement, qu’est-ce que j’ai changé dans mon alimentation ?

Je ne bois plus de lait de vache, ni de yaourts. Je les ai remplacés par du lait et des yaourts au soja. Je consomme encore de temps en temps du fromage.

Quand j’utilise de la farine, je fais désormais un mélange, moitié farine complète, moitié farine blanche.

J’achète des pâtes semi-complètes et du riz complet.

Je ne mange plus de produits préparés (ou le minimum), plus de chocolat et ne bois plus de sodas.

Je suis consciente que cela puisses sembler restrictif pour certains, mais ce qu’il faut comprendre, c’est que je ne ressens aucune frustration, et aucune contrainte. Absolument rien à voir avec un régime (et je sais de quoi je parle!). Je mange plus sain, je me sens en pleine forme, et surtout, c’est moi, qui l’ai choisi, décidé, en toute conscience. Et contrairement à un régime, c’est durable:)

Et ça fait quoi de perdre 10 kilos ?

Forcément, dans ces conditions, sans l’avoir vraiment cherché, en ayant une pêche d’enfer.. c’est super agréable !

Perdre 10 kilos, c’est aussi baisser sa ceinture de 5 crans, remettre les vêtements d’avant, et s’apercevoir qu’on a pas que des joues, mais aussi des pommettes !

9782823803464

2 dernières petites précisions :

  • Ce livre n’est pas de la littérature ! Là n’est pas le but, évidemment.
  • J’ai perdu 10 kilos, sans but fixé, je ne sais pas combien je vais encore perdre. Mais en tous cas, j’ai perdu ces 10 kilos sur 4 mois, de manière naturelle, sans objectif à atteindre. Car je le répète, il ne s’agit pas d’un régime.

Si vous avez des questions ou envie de discuter du sujet ou du bouquin, ou si vous voulez mon exemplaire 😉  je serais ravie de répondre à vos commentaires!

A bientôt !

Solidarité féminine

france-angleterre-foot-feminin

« Tu vas gérer une équipe de fille ? Et bien, je te souhaite bien du plaisir ! »

Voilà ce que j’ai entendu quasi chaque fois que j’ai annoncé que j’avais retrouvé un job, et que j’allais être en charge d’une équipe 100% féminine. Si je veux être tout à fait honnête, lorsque j’ai su que j’étais prise, je me suis aussi fait cette réflexion…Oui, certains clichés ont la vie dure.

Oui, certains clichés sont véhiculés autant par les hommes que par les femmes.

Oui, certains clichés sont dépassés.

Oui certains clichés ne rendent service à personne.

A la 4ème personne m’ayant fait part, avec bienveillance, cela va de soi, de son inquiétude quand à mon futur environnement de travail, j’ai réfléchi (si, si, c’est souvent très utile!) et j’ai décidé de ne plus adhérer à la propagation de ce cliché, qui est, finalement tout ce qu’il y a de plus sexiste et dégradant pour les femmes, et qui n’a pour but à mon avis, que de rabaisser les femmes à une condition de femelles inutiles et sans cervelle. Car, si moi-même, j’arrivais, avec cette appréhension qu’une équipe de femme, se résumait à ça, je ne pourrais pas blâmer les autres : je serais moi-même en train de propager cette caricature!

Alors, je me suis mise à penser et à analyser à tout ce qu’englobe, ce cliché : « une équipe de filles, c’est la merde ! »…

Je suis une femme. Est-ce que lorsque je suis avec d’autres femmes, j’ai envie de me mettre à crier, à griffer, à tirer les cheveux, et à donner des coups d’escarpins dans les tibias ?

Je suis une femme. Est-ce que lorsque je suis avec d’autres femmes, mon esprit devient soudainement gélatineux, est-ce que j’oublie mes années d’études, mon sens des priorités, mon respect envers les autres, mes valeurs, et je me mets à ne plus penser qu’à une seule chose : QUELLE EST LA MARQUE DE SON ROUGE A LEVRES ? JE VEUX LE MEME !

Je suis une femme. Est-ce que je suis réputée pour être agressive, envieuse, chieuse, idiote et vénale ? Moi, qui vois plutôt les femmes, courageuse, douce, organisée, entière, et digne…

Je suis une femme. Est-ce que je dois accepter et entrer dans le personnage que l’on essaie de me coller sur le dos, en véhiculant ce genre de cliché ?

Si, je ne me sens pas représentée dans cette attaque, alors pourquoi les autres femmes le seraient ?

Lorsque je suis arrivée dans le monde de la blogosphère, j’ai découvert un monde principalement féminin. Certes les contacts restent virtuels, mais les témoignages que j’ai pu lire, l’accueil qui m’a été fait, les commentaires que l’on m’a envoyés, les encouragements des unes, et les remerciements des autres, me permettent de témoigner de la bienveillance, et de la tendresse des femmes.

Ni mes amies, ni les membres féminins de ma famille, ni mes anciennes collègues, ni les mamans de l’école que je côtoie ne sont des harpies écervelées, prêtent à se crêper le chignon à la moindre occasion. Non. Vraiment. Ce sont des femmes intelligentes et fortes.

Oui, il y en a avec qui je m’entends moins bien, ou carrément pas, mais cela n’est pas différent avec les hommes… Tout est une question d’affinités, c’est tout.

Alors, je suis arrivée au bureau le 1er jour, avec beaucoup d’entrain, et de joie (si, si, je vous assure que je ressens une joie immense jusqu’à maintenant, d’aller travailler!), et un regard neuf et pure, sur les femmes personnes que j’allais rencontrer. Et, Vindidious, grand bien m’en a pris ! J’ai découvert une équipe de bosseuse, une équipe de personnalités différentes et complémentaires, une équipe accueillante, et bienveillante, une équipe calme, une équipe respectueuse, une équipe douce et dynamique, une équipe bien loin du cliché véhiculé…

« L’acte le plus courageux est toujours de penser par soi-même. A haute voix. » Coco Chanel.