Les sablés de Noël

On continue notre tour de l’avent et des traditions de Noël, parce que, comment vous dire… Je ne m’en lasse pas ! Et oui, en grandissant j’ai perdu beaucoup plus d’âme d’enfant que je ne pensais… Snif… Mais s’il y a bien une période que j’aime dans l’année (hormis le froid Brrrrrrr!) c’est la période de l’avent ! Les lumières dans les rues, les couleurs, l’esprit de Noël, les yeux des enfants émerveillés, le vin chaud, l’odeur de fruits confits, de mandarine et de cannelle…. Mmmmmmmhhhh ! J’adore cette période ! Même en étant devenue végétarienne et consommatrice écolo-responsable , j’aime toujours autant ce moment. Peut-être même que je l’apprécie plus encore qu’avant.

Donc ce week-end c’était marathon sablés de Noël pour les schtroumpfs et moi-même.

Je vous donne donc ci-dessous la recette des Aussterchele ( ne me demandez pas pour la prononciation, j’ai fait espagnol 2ème langue!), les sablés de Noël traditionnels allemand, pour réaliser environ 4 plaques à pâtisserie de sablés .

IMG_20181218_204033_454

Le résultat du glaçage est très moyen visuellement (!), mais le but était surtout de passer un moment ensemble, de faire la pâtisserie, ce qu’ils adorent et au-delà de l’aspect visuel, euh… on a fini les sablés en 2 jours! Hihihi! Comment ça on était nombreux? Non, non juste les enfants et moi!

Il vous faut :

  • 3 œufs
  • 500 g de farine
  • 250 g de beurre mou
  • 250 g de sucre
  • le zeste d’un citron bio

1- Mettre le beurre mou dans le robot et commencez à battre.

2- Ajoutez les œufs et le sucre, et battez à vitesse moyenne pendant 10mn. Oui, oui 10mn et il faut bien respecter le temps indiqué !

3- Ajoutez la farine et le zeste coupé en tout petits morceaux. Laissez refroidir au frigo au moins 1h. Si vous ne pouvez pas attendre, tant pis, mais la pâte est très collante donc ce n’est pas facile à manipuler.

4- Préchauffez le four à 150°.

5- Sortez la pâte et étalez au rouleau à pâtisserie sur ½ cm environ.

6- Il ne vous reste plus qu’à découper vos motifs à l’emporte-pièces, ce qui reste l’activité préféré des enfants.

7- Déposez au fur et à mesure vos sablés sur une feuille cuisson de style Stilpat et enfournez sur la plaque à pâtisserie pour 10mn. Si vous ne souhaitez pas les recouvrir de glaçage, n’oubliez pas de badigeonnez de jaune d’œuf ou de lait avant d’enfourner.

8- Une fois la cuisson terminée et vos sablés refroidis, vous pouvez passer au glaçage (encore un grand moment avec les marmots ! ) en mélangeant 300g de sucre glace + 1 blanc d’œuf + le jus du citron. Pour nous ce fut laborieux, mais on a bien rigolé !

Alors, tenté par ce moment à partager avec les enfants ? N’hésitez pas à me raconter ou à poster vos photos !

Publicités

Le meilleur moelleux aux poires du monde!

Un gâteau à la fois moelleux et fondant… mmmh, pourquoi pas ?

Cela fait plusieurs fois que je fais cette recette et c’est toujours un gros succès… même chez ceux qui n’aiment pas les poires, à la base !

Idéal pour le goûter, c’est le moment de profiter des belles poires de l’année qui étalent leurs rondeurs chez les primeurs de nos régions.

IMG_20181121_105526_741

J’ai eu cette recette sur Marmiton, je vous la retranscrit ci-dessous :

INGREDIENTS :

4 belles poires

150g de farine

100g de sucre

2 œufs

10cl de lait

3 c. à s. d’huile

1 sachet de levure chimique

sel

Pour la finition :

80g de beurre

1 œuf

3 c. à s. de sucre en poudre

 

PREPARATION :

1- Dans un saladier, mettez le sucre, deux œufs et 1 pincée de sel. Fouettez le mélange jusqu’à ce que la préparation mousse et fasse un ruban.

2- Incorporez la farine et la levure puis délayez la pâte avec le lait et l’huile. Faites chauffer votre four à thermostat 6 (180°C).

3- Versez la moitié de la pâte dans un moule de 24 cm de diamètre, préalablement beurré et fariné.

4- Pelez et épépinez les poires, puis coupez-les en lamelles. Disposez ces lamelles sur la pâte au fur et à mesure, puis versez la seconde moitié de la pâte par-dessus.

5- Enfournez et faites cuire 30 min.

6- Préparez le mélange pour la finition. Faites fondre le beurre à feu doux.

7- Dans un saladier, fouettez l’œuf avec le sucre et, lorsque le mélange est parfaitement homogène, incorporez le beurre fondu.

8- Au bout des 30 min de cuisson, sortez le gâteau du four et versez cette préparation à la surface. Replacez le gâteau dans le four pendant 20 min.

 

Alors, qu’en dites vous de cette merveilleuse odeur, qui s’échappe du four ? Impossible de résister, alors régalez vous !

Pain japonais Hokkaido, grâce à la méthode Tangzhong

Adepte de la préparation des pains au lait et autres brioches, c’est avec beaucoup de curiosité que j’ai découvert l’Hokkaido, pain au lait japonais, que l’on réalise avec la méthode du tangzhong. Kesako ? Suivez moi, je vous explique tout !

Le tangzhong permet d’obtenir une pâte levée tout à fait exceptionnelle. C’est un mélange d’eau et de farine que l’on délaye et que l’on fait chauffer à 65° . Pas de panique, je vois déjà vos bouilles déçues et vos cris plaintifs : « Mais Môa, j’ai pas de thermomèèèèèèètre ! Boooooooouuuuuhhhhh ! ».

IMG_20181029_145136_930[1]
Le Tangzhong
Donc on se calme, moi NON PLUS, j’ai pas de thermomètre. Dès que le mélange commence à ressembler à une crème pâtissière, on enlève du feu, et surtout on ne fait pas bouillir, c’est aussi simple que ça.

Je me suis inspirée de la recette de C’est ma fournée, je vous mets ma version de recette :

INGRÉDIENTS

POUR LE TANGZHONG :

  • 20g de farine
  • 100g d’eau

POUR L’HOKKAIDO :

  • 350g de farine (perso je fais toujours un mélange farine blanche et farine semi-complète)
  • 55g de sucre
  • 5g de sel
  • 1 gros œuf à température ambiante
  • 110g de lait demi écrémé légèrement tiède
  • 5g de levure de boulanger sèche
  • 30g de beurre mou
  • 100g de tangzhong (à température ambiante si possible)

Le tangzhong se prépare la veille, en délayant donc dans une casserole la farine et l’eau, puis en faisant chauffer à 65°, en remuant sans cesse et jusqu’à obtenir la consistance d’une crème pâtissière.

Le mettre ensuite au frigo recouvert, pour la nuit.

Pour réaliser le pain au lait, verser tous les ingrédients dans la cuve du robot dans l’ordre indiqué(ou dans un grand saladier) et pétrissez 10mn à la plus petite vitesse. La pâte est extrêmement collante, c’est normal.

Verser votre pâte dans un grand saladier type pyrex et couvrez là d’un linge humide. Enfournez pour 1h30 environ en fonction étuve de votre four, ou à côté d’un radiateur. La pâte est lourde, elle ne montera donc pas facilement sans une source de chaleur proche.

Lorsque la pâte a doublée de volume, diviser la en 4 ou 5 pâtons de taille égale sur un plan fariné.

IMG_20181030_174053_878[1]

A l’aide d’un rouleau, étalez le 1er pâton comme suit :

IMG_20181030_174245_844[1]

Puis rabattez le haut et le bas…

IMG_20181030_174348_466[1]

Tournez-le sur le côté, étalez à nouveau et roulez le rectangle afin de former un petit ballot de pâte.

IMG_20181030_174423_173[1]

Faites de même avec les autres pâtons et mettez les côte à côte dans votre moule à cake.

IMG_20181030_174701_777[1]

Remettez votre moule en étuve, pour refaire gonfler.

Sortez votre étuve au bout d’une heure, et préchauffer le four à 180°.

Pendant ce temps, badigeonner votre pain avec un mélange jaune d’œuf + 2 c. à s. de lait. C’est le moment d’ajouter des graines si vous le souhaitez. Pour ma part, j’ai fait un pain nature et un aux graines de sésame.

IMG_20181030_174803_104[1]

Enfournez 10mn à 180° puis 20mn à 160°.

Et voilà!

IMG_20181030_175215_655[1]

Alors, vous sentez la bonne odeur qui s’échappe de la cuisine ? MMMMmmmmhhhhhh !

IMG_20181030_210941_888[1]

« Les enfants! Le goûter est prêt ! »

Confiture de gigérine (pastèque à confiture) au sirop d’agave

 

Comme l’indique le titre, j’ai donc testé 2 nouveautés en une recette: la confiture sans sucre, au sirop d’agave, et la pastèque à confiture, également appelée gigérine, gingérine, citre ou encore mereville. C’est une courge à chair vert clair, qui ne pousse à ma connaissance qu’en Provence, et dont la récolte s’effectue en octobre. Lorsque mon AMAP m’a proposé la pastèque à 1€ le kilo, j’ai dit BANCO !IMG_20181025_151047_991[1]

 

 

C’est donc avec courage que je me suis attaqué à un montre de 7,4kg, qui m’a donné au final 19 pots de confiture.

 

Comme je le disais, je voulais faire des confitures sans sucre, et je me suis donc inspiré de la recette de Marie Chioca, du blog Saines Gourmandises.

Ce que je n’avais pas prévu, c’est que la confiture de gigérine, se cuit en 3 fois, et qu’il faut laisser 24h de macération au préalable, dans le sucre…

Bref, j’ai donc bidouillé un mélange de recette (celle au sirop d’agave, et celle traditionnelle de gigérine), pour arriver, à un résultat plus que convenable.

IMG_20181025_151157_840[1]

Je vous explique tout …

Pour 7gk de gigérine, j’ai eu besoin de :

  • 1kg de sucre roux
  • 350ml (ou 500g) de sirop d’agave
  • 12g d’agar-agar
  • Pour parfumer : 1 branche de romarin, 1 branche de menthe, un mélange 4 épices.

J’ai décidé de faire 3 versions différentes (nature, romarin/4 épices et à la menthe), rien ne vous empêche de varier les goûts. Les versions « traditionnelles » de cette confiture la propose avec orange et/ou citron et/ou vanille.

J’ai volontairement omis les agrumes, puisque c’était mon 1er test de cette confiture, je voulais le goût … basique, le plus pur. Et honnêtement je ne suis pas déçue, si j’en refais, je ne suis pas certaine de mettre de l’orange ou du citron.

1- Après avoir enlevé la peau, épépiné (c’est la partie la plus pénible) et coupé en cube la courge, j’ai donc divisé en 3 bassines, et saupoudré de sucre, puis laissé au repos toute une nuit.

2- Le lendemain, j’ai cuit mes 3 confitures séparément toujours durant 1h, puis j’ai laissé refroidir.IMG_20181025_151256_441[1]

Dans 1 confiture j’ai glissé une branche de romarin frais, et ½ c. à café de mélange 4 épices, et dans une autre confiture, j’ai ajouté la branche de menthe fraîche.

3- Une fois mes confitures froides, j’ai recuit chacune 30mn, et leur ai ajouté dès le début de cuisson 4g d’agar-agar (préalablement délayé dans un peu d’eau froide) chacune, soit 12g au total. Ceci a pour effet de pallier au manque de sucre qui a un effet gélifiant sur la confiture. Le sirop d’agave, ne produisant pas cet effet, il faut être astucieux !

4- Après avoir fait refroidir à nouveau mes confitures, je les ai recuit 30mn une dernière fois, et j’ai ajouté hors du feu les 500g de sirop d’agave (si vous aimez la confiture bien sucré, je vous conseille de mettre plus de sirop, 800g me paraît bien), réparti entre les 3 bassines.

IMG_20181025_151554_139[1]

5- Vous pouvez maintenant remplir vos pots, (n’oubliez pas de retirer les branches de romarin et menthe avant!) avec la confiture brûlante (attention les doigts!),les retourner et ne plus y toucher plus jusqu’à ce qu’ils soient refroidis.

Alors question esthétique, je trouve que la couleur de cette confiture est vraiment belle dans les tons jaune miel, et au niveau du goût, c’est très délicat, pas fort en goût (d’où l’ajout des agrumes et vanille conseillé par les anciens), mais on retrouve une odeur et un goût de melon/courgette qui se serait marié avec une gelée de pomme ! Ben oui, c’est ce qu’elle m’évoque, cette confiture ancienne :).

IMG_20181025_151719_080[1]

En tous cas, un régal sur une tartine beurrée, ou avec des crêpes !

Gateau d’anniversaire au chocolat et fraises

C’est la saison des fraises, et cette année, j’ai décidé que je n’allais pas m’en priver. Chaque année, je regarde les prix, bien sur la provenance, et à chaque fois, c’est pareil : celle qui viennent de contrées lointaines, s’apparentent à des fruits exotiques pour moi, et celles qui sont « locales » me paraissent toujours trop chères… A force de chercher la meilleure offre, et de comparer, je finis par arrivée à la fin de la saison des fraises, et paf ! Je n’en ai presque pas mangé ! Donc, au diable l’avarice, cette année, j’ai décidé de ne pas nous restreindre en fraises, la saison est si vite passée…

Donc, il y a 2 semaines, nous avons fait une tarte aux fraises (dévorée, non mais vraiment dévorée par mes 2 lutins, j’ai réussi à sauver une mini part, que nous nous sommes partagés avec l’Homme!), la semaine dernière, c’était gâteau aux fraises/crème chantilly, et aujourd’hui, j’ai préparé un gâteau au chocolat et fraises, pour les 5 ans du chevalier. Je ne peux donc, pas encore vous parler de son goût (!) mais je vous livre quand même la recette . Promis, si c’est pas bon, j’efface ce post !

J’ai pris cette recette du super site Marcia Attack, sur lequel je trouve toujours de beaux visuels de gâteau, avec des recettes simples à faire.

Je vous retranscris la recette, mais vous pouvez la retrouver directement sur le site de Marcia.

Pour le gâteau au chocolat

  • 4oeufs
  • 200 g de sucre
  • 200 g de beurre fondu mais froid
  • 225 g de farine
  • 3cuillères à soupe de cacao amer de type Van Houten
  • 1sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel

Pour la garniture et la décoration

  • 20 cl de crème fleurette à 30 de MG
  • 125g de mascarpone
  • 1 cuillère à soupe de sucre glace
  • Confiture de fraises avec ou sans morceaux
  • 150g de fraises
  • 3 paquets de fingers au chocolat blanc
  • Déco colorée pour chocolat

Instructions

Préparez le gâteau au chocolat (Vous pouvez préparer cette étape la veille.)

  1. Préchauffez votre four à 180° C.
  2. Dans un saladier, mélangez les oeufs, le sucre, le beurre fondu, la farine.
  3. Ajoutez et mélangez doucement le cacao, puis la levure et le sel pour avoir une pâte homogène
  4. Beurrez le moule à gâteau et versez-y la préparation
  5. Enfournez pour environ 35 minutes.
  6. Sortez du four et laissez refroidir avant de démouler.
  7. Filmez les gâteaux pour qu’ils soient moelleux et réservez.

Préparez la crème pour fourrer et napper le gâteau

  1. Montez la crème en chantilly au fouet
  2. Ajoutez toujours au fouet le mascarpone après l’avoir assoupli à la spatule, puis ajoutez le sucre glace.
  3. Ajoutez 2 cuillères à soupe de confiture de fraises, mélangez et réservez au frais.
  4. Découpez le gâteau en deux à l’horizontale
  5. Mélangez 4 cuillère à soupe de confiture avec un peu d’eau chaude pour obtenir un jus et à l’aide d’un pinceau badigeonnez les parts de gâteau.
  6. Disposez un premier gâteau sur un plat à service, ajoutez la moitié de la crème, étalez-la et disposez la moitié des fraises coupées en petits morceaux mais réservez-en quelques unes (les plus jolies) pour la décoration.
  7. Couvrez du second gâteau et mettez le reste de crème ainsi qu’une légère couche sur le contour du gâteau afin de faire tenir les fingers.
  8. Disposez les fingers recoupés à la hauteur du gâteau s’il le faut, tout autour : ils tiennent facilement grâce à la crème.
  9. Décorez avec des fraises coupées le pourtour du gâteau.
  10. Mettez au frais au moins 4 heures.
  11. Parsemez de vermicelles colorées juste au moment de servir sinon elle vont « déteindre » sur le gâteau durant le passage au frigo

    gateau fraises choco.png

Pour ma part, je n’ai pas suivi la même décoration, j’ai simplement recouvert le gâteau de chantilly et placé des demi fraises tout le tour, puis sur le dessus. Mais je trouve l’idée des fingers excellente : ça permet de « tenir » la crème et c’est joli.

Je suis contente du résultat. J’espère que le chevalier appréciera:)

Ma p’tite mayonnaise light !

Le printemps est à nos portes, les oiseaux s’encanaillent, les bulbes explosent et moi, j’ai des envies de crudités ! Du chou-fleur, des champignons de Paris, de la carotte, du céleri, et même du fenouil !

Alors, pour les petits apéro gourmands et toniques qui s’annoncent, voici une sauce mayonnaise légère et goûteuse, que vous pourrez agrémenter à votre sauce;)

OK, elle est mauvaise, trèèèèèèès mauvaise, celle-là…

 

Il vous faut :

  • 1 jaune d’œuf
  • 1 c. à c. de moutarde
  • de l’huile d’olive
  • 1 yaourt nature (ou du fromage blanc)
  • du sel
  • selon vos envies : curry, ciboulette, oignon haché, ail, tabasco, basilic…

1- Mélangez le jaune d’œuf et la moutarde.

DSCN5706

2- Ajoutez un filet d’huile d’olive en continu et mélangez au fouet. Si votre bol « tourne » et que vous n’avez pas d’autre paire de main sous la main (Ohlala ! Elle est encore plus mauvaise que la précédente!) pour vous aider, posez un torchon plié sous votre bol, et il se tiendra tranquille;)

3- Lorsque vous avez obtenu, à peu près 1/3 de la quantité désirée de mayo, ajoutez le yaourt et mélangez bien.

DSCN5707

4- Salez à votre guise, et ajoutez l’épice ou l’herbe choisie.

DSCN5708

Pour nous aujourd’hui, c’est ciboulette ! Je m’en suis servie pour faire un céleri rémoulade donc light, et le résultat est vraiment très bon.

DSCN5713

Il était une dame tartine…

En quête d’une alimentation plus saine, j’essaye de faire de plus en plus de choses moi-même. J’ai donc opté cette semaine, pour des tartines de pain maison,  salami chèvre.

Il vous faut :

Pour le pain :

– 250 g de farine blanche et 250 g de farine complète
– 1 sachet de levure de boulangerie
– 1,5 verre d’eau chaude
– 1 c. à c. de sel
– 1 c. à s. d’huile d’olive

Pour la garniture :

  • du salami (1 tranche par tartine)
  • de la crème liquide
  • une bûche de chèvre

    Préparation de la recette :

1- Mélangez la farine, l’huile d’olive, le sachet de levure, le sel et ajoutez l’eau dans le robot.

Malaxez jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. Si vous n’avez pas de robot : sortez les muscles ! et pétrissez.

2- Sur la plaque du four, recouverte de papier sulfurisé, mettez la boule de pâte et faites des croisillons avec un couteau : des grignes.

3- Laissez lever la pâte une heure environ.

Enfournez ensuite à four chaud à 220° pendant 15 à 20 mn.

4- Lorsque le pain est un peu refroidi, coupez des tranches plus ou moins épaisses, selon les goûts.

DSCN5648

5- Versez un peu de crème liquide sur toute la longueur de la tartine, puis déposez une tranche de salami coupée en 2, et recouvrez d’un morceau de chèvre.

DSCN5651

6- Enfournez quelques minutes sous le grill et servez immédiatement.

Parfait avec une salade, pour un dîner. Vous pouvez bien sur, varier les plaisirs selon les goûts et les saisons : Tomates/Mozza, thon/olives, lardons/roquette, etc.

DSCN5655

Et le reste du pain, fut grandement apprécié au petit déj. le lendemain, version beurre-confiture 😉

Escargots au Nutella

Voici un vrai goûter de boulanger, que personne n’a loupé: ni les petits, ni les grands ! Inspiré par la recette du blog, Les Haricots diaboliques, ici, j’ai fait une version Nutella, qui change un peu des raisins ou des pépites de choco.

DSCN5541

Pour une 10aine d’escargots, il vous faut :

  • 500gr de farine
  • 60gr de sucre
  • 7 gr de sel
  • 1 sachet de levure boulangère
  • 1 oeuf
  • 270gr de lait
  • 180gr de beurre mou

Pour la crème pâtissière :

  • 250 ml de lait
  • 2 jaune d’œufs
  • 1 gousse de vanille
  • 20 g de sucre
  • 24 g de farine

Pour la garniture :

  • de la pâte à tartiner
  • de la confiture d’abricot (pour faire briller!)

1- Pour la pâte : Mettez tous les ingrédients, sauf le beurre, dans le bol du robot, et mélangez au crochet pétrin. Lorsque tous les ingrédients sont bien mélangés, ajoutez le beurre mou, et pétrissez une dizaine de mn.

2- Couvrir la pâte et laissez reposer dans le bol environ 1h.

3- Pendant ce temps, préparez la crème pâtissière : Faites bouillir le lait avec la gousse de vanille et laissez infuser 10 minutes, hors du feu. Battez les jaunes d’œuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez la farine. Délayez avec la moitié du lait (en ayant retiré la gousse au préalable), puis versez l’ensemble du mélange dans la casserole et cuire à feu doux, sans cesser de remuer, jusqu’à épaississement. Réservez au frais, dans un récipient et recouvert d’un film alimentaire.

4- Lorsque la pâte est prête, dégazez la, sur un plan bien fariné. Étalez-la (à la main) en rectangle et recouvrez de pâte à tartiner, puis de crème pâtissière. Attention, toutefois, à ne pas mettre trop de crème, car la pâte molle+ le Nutella+ la crème= difficile à couper pour former les escargots !

5- Roulez la pâte en boudin bien serré et découpez des tronçons de 2cm environ. Placez les escargots obtenus sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, puis laisser lever 1h à température ambiante.

6- Préchauffez le four à 180°C. Enfournez pour 20min, et à la sortie du four, badigeonnez d’une fine couche de confiture d’abricots avec un pinceau, pour faire briller.

7- Dégustez ! C’est une tuerie, non ?

DSCN5543

Ma chorba à moi!

Parce que l’Algérie est intimement liée à ma vie, j’ai le luxe d’en prendre le meilleur, en cuisine ou ailleurs ! Aujourd’hui, je vous présente donc ma version de la Chorba, cette soupe très complète (oui, il y a soupe et soupe! Là, on est limite plus, sur un ragout), qui est consommée, bien sur au Maghreb, mais aussi en Asie Centrale, en Turquie, et dans les Balkans !

Dans notre famille, c’est un classique, que je fais régulièrement, pour notre plus grand plaisir à tous les 4.

Il vous faut donc pour 4 à 6 personnes :

  • 300 g de viande de mouton
  • 200g de blancs de poulet
  • 4 tomates
  • 2 carottes
  • 2 belles pommes de terre
  • 1 oignon
  • 1 petite boite de pois chiches
  • 1 poignée de menthe fraîche
  • 1 c. à c. de Ras-el-Hanout
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • 1 poignée de vermicelle
  • 1 c. à c. de sel

1- Dans une marmite, mettez le mouton et le poulet coupés en petits morceaux.

2- Ajoutez les carottes, les tomates et l’oignon, également en petits morceaux, les pommes de terre entières (épluchées évidemment!), les pois chiches, la menthe ciselée, l’huile, le ras-El-hanout et le sel.

3- Cuire à feu doux, en remuant durant 10mn environ.

4- Ajoutez de l’eau à mi-hauteur (le mélange ne doit pas être recouvert) et laissez cuire 15 mn, à feu doux.

5- Ajoutez 1 litre et demi d’eau, rectifier le sel éventuellement et laissez cuire 15 mn.

6- Retirez les pommes de terre, écrasez les grossièrement à l’aide d’une fourchette et remettez les dans la marmite. Laissez cuire, à nouveau 15mn.

7- Ajoutez la poignée de vermicelle et laissez cuire 10 mn.

8- Votre chorba est prête ! Selon les régions (et les goûts de chacun!) la chorba se sert accompagnée de rondelles de citron, de menthe fraîche et/ou de feuilles de coriandre.

DSCN5155.JPG