L’épuisant métier d’arbitre

Infirmière, animatrice, enseignante, mannequin cobaye coiffure, mannequin cobaye maquillage, nurse, cuisinière, organisatrice en événementiel, femme de ménage, GO, chauffeur de taxi, garde du corps, PDG de sa petite entreprise, coach, coiffeuse, pharmacienne-apprentie-chimiste, psychologue, clown (NDLR : Liste non exhaustive).

Lorsque tu deviens maman, tu ne t’attends pas forcément à exercer tous ces métiers, et pourtant…

IMG_20181130_110228_000

L’une des professions pour laquelle je ne m’étais pas préparé est celle d’ARBITRE. Et croyez moi je le regrette ! Si j’avais été prévenu, (pourtant je ne suis pas fille unique, mais de l’autre côté de la barrière, je ne me rendais pas compte…) j’aurais été faire un petit stage avec l’équipe de France, un bon coaching et hop! j’aurais été préparé, armé… J’aurais eu quelques bases, je ne me serais pas laissé déborder, et surtout, JE NE M’ÉNERVERAIS PAS AUTANT ! Heureusement que je médite, je vous le dis…parce que c’est une vraie épreuve pour les nerfs !

1er round : Ça commence dès le petit-déjeuner, avec le petit-grand de 7 ans qui arrive et ne dit pas bonjour à sa sœur presque-déjà-ado(OH MON DIEU)-de 9 ans, qui s’empresse évidemment de lui asséner un BON-JOUR ! claquant et chantant, et se racle la gorge, de manière à lui faire bien comprendre, qu’il n’a pas les codes de vie en société. Là commence, donc mon 1er coup de sifflet ma 1ère intervention, après avoir laissé l’occasion de se rattraper, et dès que je commence à attendre le 1er « Mais laisse moi tranquille, qu’est-ce que tu me veux ? ». Avec calme et diplomatie, j’explique au petit malpoli, que lorsqu’on entre quelque part, on dit Bonjour, car c’est une règle de vie en société, et de politesse, et cela annonce, que l’on vient en ami, que l’on est de bonne humeur, et en plus ça lance une BONNE JOURNEE à tout le monde, etc. S’en suit généralement une jérémiade, sur le fait que lui est fatigué, que c’est pas difficile à comprendre, et qu’il allait le dire, si on lui avait laissé le temps….

OK… Tout va bien, on retourne dans la salle de bains finir de dé-Picassoter (Pour ceux, qui ne comprennent, le sketch obligatoire de Florence Foresti est ICI).

2ème round : La salle de bains. Le moment ou je commence à entendre des éclats de voix, est celui où la presqu’ado monopolise la brosse à cheveux depuis environ 10mn (pour brosser toujours la même mèche) et que son frère vient de lui dire de se dépêcher, et qu’elle l’a bien sur envoyer balader. Allez, cette fois, je sors mon petit carton jaune, j’interviens en force, en prenant la brosse des mains de ma fille, après avoir tenté de parlementer bien sur, car je suis une adulte responsable et une maman bienveillante, mais quand même, ça commence à me gonfler à m’échauffer un peu les oreilles.

3ème round : Dans le couloir. Ce fameux moment où tu es pile à l’heure pour le départ à l’école, et tu te dis « Génial, on est dans les temps, pas de stress », et 10mn plus tard, tu n’es toujours pas sorti de ce couloir car…

  • Mais pousse toi du miroir, je me vois pas !
  • Mamaaaaaaaaaaaaaan, il veut pas se pousseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer !
  • S’il te plait, pousse toi un peu, tu vois bien que tu gènes ta sœur.
  • Mais qu’est-ce qu’elle a elle ? Elle voit bien que j’ai pas fini de mettre mon écharpe !
  • Ne lui parle pas comme ça .
  • Mamaaaaaaaaaaaaaaan, elle m’a écrasé le pied !
  • Ah non, ça suffit! La violence n’a jamais rien réglé, excuse toi tout de suite.
  • Mes chaussures, elles sont toutes sales maintenant !
  • Oups, j’ai oublié de prendre mes billes !
  • Ouais bah, d’ailleurs tu m’as pas rendu les 2 calots que je t’ai prêté à la récré hier ! Rends les moi maintenant!
  • Non, y’a pas le temps, on verra ça ce soir.
  • Maiiiiiiiiiiiiis, c’est mes billes !
  • Oui, mais là, on va être en retard.
  • Bien sur, parce que c’est lui, et que ça a toujours été votre CHOU-CHOU !
  • Non, nous n’avons pas de chouchou, mais là ON VA ETRE EN RETARD!
  • Etc, etc.

C’est donc, à ce moment là, que je commence à sortir mon carton rouge mes menaces terrifiantes : « Attention, sinon, je décale l’heure du dessin animé du week-end de 15 mn ! » ou pire «  OK, tu as gagné : tu mettras la table ce soir! », et c’est souvent à ce moment là aussi, que manteaux sur le dos, clés de maison sur la serrure, sacs en bandoulière, l’un des 2 me dit « Maman, j’ai envie de faire la grosse commission… ». Ok, cette info, n’a rien à voir avec le thème de l’arbitrage, mais je trouve ça tellement drôle (sauf au moment où ils me le disent bien sur), j’ai parfois l’impression de vivre dans une bande dessinée de Mademoiselle Caroline !

Voilà, et ceci n’est qu’un aperçu, vous l’aurez compris de ce merveilleux rôle d’arbitre, dont on hérite en tant que parent d’au moins 2 enfants. Je n’ose imaginer lorsqu’ils sont 3… Bon, après enquête, mes copines de 3 me disent que ça revient au même, car le conflit est toujours au final entre 2 enfants, pas les 3 en même temps.

Et chez vous, ça se passe comment l’arbitrage ? Sortez vous souvent les cartons rouges ? Et pour les plus âgés, les ados ? C’est toujours pareil ? Pire ? mieux ?

Allez courage, on lâche rien, et on essaye de rester zen…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s