La crise…

Le plus souvent, tu la sens arriver. Une sortie d’école marquée par l’agitation, ou un réveil difficile, (car la crise n’a pas de port d’attache, elle frappe n’importe où, n’importe quand) et tu décèles dans l’ombre, la crise tapie et silencieuse, qui attend le bon moment , tel un jaguar aux aguets, pour se jeter sur ton enfant, et le transformer en petite fille de l’Exorciste !

Le chevalier est passé maître es crises, depuis quelques temps. Non, non, pas la version « Oh, laisse-le, il fait juste sa crise ! ». Non….Moi, je vous parle de la VRAIE bonne crise. Celle qui frappe, qui cingle, qui fait mal, quoi ! Celle, où les cris se transforment en hurlements. Celle, où tu voudrais être partout ailleurs que là où tu es, c’est-à-dire à 2 cm du visage de ton fils qui hurle, rouge cramoisi, et les parents de l’école (et les maîtresses bien sur), qui te regardent en se disant « Ouf ! C’est pas le mien ! ». Celle qui ne se calme pas en 10mn. Celle où tu as des envies de frapper, de hurler, ou de partir en courant. Celle qui ne passe pas inaperçue.

Forcément, pas encore 5 ans, c’est un peu dur, pour gérer une crise… un trop plein d’émotion, ou de fatigue, ou de « Marre, marre, marre ! J’en ai vraiment marre ! », ou les 3 à la fois…

Alors, tu prends sur toi, parce que si toi à 41 ans, tu n’arrives pas à rester calme, qu’est-ce que tu attends d’un minitoi de bientôt 5 ans ! Mais des fois, c’est vraiment difficile…épuisant… Mais tu sais, que si tu restes calme, ton chevalier s’apaisera plus facilement, tu ne regretteras aucune paroles, et tu as noté aussi que tu en retirais comme une satisfaction personnelle de ne pas t’énerver. Genre « Attends, si tu peux gérer cette crise, sans t’énerver, tu peux devenir maitre Yogi ! »

La princesse, quand à elle (Ah oui ! les crises de princesse, ça existe aussi!) me fait plutôt la version « J’te fous la honte devant tout le monde, parce que je suis une pré-ado de 6 ans et demi, et j’ai déjà très bien compris comment ça fonctionne ! ».

On accède donc, avec sa version, à l’illusion de la maltraitance : « Mais AIE ! ARRETE DE ME SERRER LA MAIN COMME CA : TU ME FAIS MAAAAAAAAAAAAAAL !

… le syndrome de la mal-aimée : « Toute façon, tu m’aimes pas, tu m’as jamais aimée, c’est ça, hein, c’est ça ??? »

…pour terminer par la menace de suicide : « Tu seras bien contente quand je serais morte, hein ! C’est ça ! Tu veux que je me jettes dans un volcan ? Hein ? Hein ? HEIN ? » et là , désolé, mais le coup du volcan, je m’y attendais tellement pas, que j’ai pas pu me retenir, j’ai éclaté de rire ! Ce qui n’a fait que l’énerver un peu plus (comme si il y a avait encore de la place pour en rajouter!).

Ma princesse peut être vraiment impressionnante du haut de son mètre 23, quand la crise est en elle, et qu’elle a les cheveux détachés ! Vous voyez La chevelure de Diana Ross, sur une gamine aux yeux immenses et furieux ? Et ben, c’est ma fille en crise !

Alors, à chaque crise en public, je me donne de l’aplomb en m’auto-persuadant que toi, parent de l’école, toi, maman du square, toi, papa de l’Aikido, lorsque tes yeux croisent les miens, et que tu peux y lire, ma lassitude, mon énervement, ou mon désarroi, tu ne me juges pas, tu ne m’envoies pas de sombres signes d’agacement, et tu ne t’étonnes pas de la situation… Non, je me persuade, que ton regard posé sur moi, sur nous, sur la scène, me dit juste « Aujourd’hui, c’est le tien, mais demain, ce sera peut-être le mien. ».

Parce que les parents qui ont des enfants qui ne font pas de crises, sont des parents qui n’ont pas encore d’enfants;)

Girl-screaming-007

Publicités

2 réflexions sur “La crise…

  1. mon nain m’en a fait une mardi, à auchan, il en avait marre d’être dans le caddie, j’ai donc continué mes courses et poussé mon caddie l’air de rien, genre »comment ça mon enfant pleur », les gens me regardais un peu bizarre, jusqu’à la vieille qui s’est exclamé qu’on ne pouvait même pas faire ses courses tranquille. Et à qui dans un moment de pur égarement j’ai tiré la langue. nah.
    je préfère les ignorer quand ils me font une crise, elle ne passe pas plus vite, mais comme répéter 25 fois la même chose n’y change rien, ben je me tais

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s